2 Minutes de lecture

Drive piéton : en marche vers le succès

22 janv. 2020 11:46:38

Dernier né des services déployés par les enseignes alimentaires, le drive piéton est en passe de s’imposer comme le concept chouchou des citadins. Pratiques et économiques, ces points de retrait ont vu leur nombre multiplié par quatre entre 2018 et 2019*. Au point d’éclipser le modèle « classique » de la supérette de proximité ?

Homo pedibus jambus

En 2014, l’enseigne Auchan lançait le premier « drive urbain » à Paris (15e), sous enseigne Auchan Direct. Le concept découle de celui des « drives » : le client fait son shopping sur le site internet de l’enseigne puis, quelques heures plus tard, passe récupérer sa commande. Pour le drive, le consommateur est confortablement installé au volant de son véhicule. Pour le drive piéton, il vient chercher ses courses sur ses deux jambes (ou en transport en commun, à vélo, voire en trottinette !). Solidité, praticité et étanchéité deviennent de fait des critères incontournables pour les emballages concernés. Dans tous les cas, le gain de temps réalisé emporte l’adhésion du consommateur. Les populations urbaines n’ont pas toujours le temps ou la possibilité de se rendre dans un drive, généralement en périphérie. C’est là qu’intervient le point de retrait à pieds. Ses adeptes seraient essentiellement les Millennials (encore eux !). Chez les citadins, le concept séduirait tout autant les moins de 35 ans que les familles avec enfants en bas âges.

#15 Drive piéton _ en marche vers le succès-1

Hypercentres hyper courtisés

Autre atout du drive piéton pour le consommateur : disposer de la même offre (références, promotions) qu’en hypermarché**, à prix équivalent. Le simple « picking » en magasin pour alimenter le drive a fait son temps ; désormais l’offre des enseignes est assurée par des entrepôts dédiés (ou communs aux hypermarchés de périphérie). Conséquence : des prix en moyenne 17 % moins chers que les magasins de proximité, implantés en centre-ville. Pour les enseignes, cette stratégie leur permet de séduire un nouveau type de clientèle au panier moyen bien garni et d’investir les centres urbains à moindre coût : aménagement de simples comptoirs pour certains, locaux de faibles superficies, points retraits chez des commerçants de proximité indépendants, voire simples casiers automatiques. Quelle que soit la stratégie privilégiée, Carrefour, Leclerc, Intermarché, Auchan ou encore Cora multiplient les ouvertures de drive piéton et ne semblent prêtes à lever le pied…

* D’après le site Linéaires, leur nombre est passé de 25 en 2018 à 111 début 2019
** Carrefour propose ainsi près de 20.000 références produits à ses clients en ligne, Leclerc plus de 12.000 (contre 6.000 en supérette)

Julien Clery

Écrit par Julien Clery

Responsable Projets Marketing