7 Minutes de lecture

E-commerce : comment calculer l'empreinte écologique de vos packagings ?

10 févr. 2021 11:30:00

L’e-commerce représente une formidable évolution pour les consommateurs : où qu'ils se trouvent et à n'importe quel moment de la journée, ils peuvent désormais commander facilement en ligne des produits venus du monde entier. Si les avantages de l’e-commerce sont nombreux, l’impact de ce dernier sur l'environnement est massif.

De l'extraction des matières premières, tant pour la production des produits que de leurs emballages, au transport et au recyclage, la vente en ligne pose un réel problème pour la préservation de l'environnement.

Découvrez les 10 clés pour économiser vos emballages

Si les e-commerçants ne sont pas seuls responsables, chaque entreprise doit désormais trouver des solutions pour réduire son empreinte écologique. Dans cet article, nous vous expliquons comment calculer votre empreinte écologique à chaque étape.

L'empreinte carbone de votre e-commerce dépend de multiples facteurs.

 

Pourquoi un industriel doit-il calculer son empreinte écologique ?

 

Empreinte carbone et empreinte écologique : définition

 

L’empreinte écologique (EE) et l’empreinte carbone sont des indicateurs permettant de mesurer l’impact d’un pays ou d’une entreprise, par exemple, sur l’environnement, mais à des niveaux différents :

 

  • L’empreinte environnementale, ou empreinte écologique, mesure la pression exercée par l’humain sur l’environnement. Pour la connaître, on calcule les surfaces alimentaires productives de terres et d'eau (exprimées en hectares globaux) utilisées pour produire les ressources qu'une population ou activité consomme et pour absorber les déchets générés par cette consommation. Le calcul tient compte des techniques employées et de la manière dont les ressources sont gérées. 

 

  • L’empreinte carbone s’intéresse quant à elle en particulier aux émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par un individu, une population, une activité ou même la fabrication d’un produit. Le calcul consiste à mesurer quelle quantité de GES est produite par rapport à la capacité des écosystèmes à l’absorber.
    Si l’empreinte carbone n’est qu’une partie de l’empreinte environnementale, elle est loin d’être anodine : ce sont les gaz à effet de serre qui ont connu la plus grande augmentation au cours des dernières décennies.
    Lorsqu’on calcule l’empreinte carbone d'un produit ou emballage, il faut prendre en compte l’intégralité de son cycle de vie, de l’extraction des matières premières jusqu’à sa destruction ou son recyclage final. 

 

Un bilan nécessaire pour les industriels

 

Les entreprises et industries, y compris l’e-commerce, représentent des sources de pollution non négligeables. Qu’il s’agisse de la fabrication des produits, des packagings, du stockage ou de la livraison, l’environnement est impacté à chaque étape. Calculer son empreinte écologique permet ainsi, en premier lieu, de prendre conscience de son empreinte écologique.

 

Ce bilan est indispensable, car c’est en prenant conscience de son impact environnemental que l’on peut chercher et trouver des solutions pour réduire son empreinte écologique.

Comment savoir ce qu’il faut améliorer et dans quelles proportions si l’on n’a aucune idée de son impact réel ? Les sources de pollutions ne se situent pas toujours où on le pense et, parfois, certaines peuvent être facilement rectifiées, dès lors que l’on connaît les faiblesses environnementales de son entreprise.

 

Calculer son empreinte carbone permet aussi de répondre à une obligation légale : le bilan GES réglementaire. En effet, les entreprises comptant plus de 500 salariés en France (250 dans les DOM) sont obligées de dresser leur bilan carbone tous les 4 ans (loi sur la Transition Énergétique pour la Croissance Verte).

Les entreprises concernées qui ne réalisent pas leur bilan carbone à la date fixée encourent une amende jusqu’à 1 500 €. À noter que plus globalement, les entreprises de toute taille sont encouragées à réaliser leur bilan carbone, même si c’est une démarche facultative en dessous de 500 salariés.

 

Plus qu’une obligation réglementaire, c’est une opportunité pour les entreprises et industries. Ce bilan carbone ou écologique est l’occasion de :

 

  • Mettre en valeur sa RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), une charte éthique qui précise vos engagements tant pour l’environnement que la société au sens large ;
  • Impliquer et sensibiliser ses employés dans l’adoption de pratiques plus écologiques ;
  • Diminuer sa consommation d’énergies et trouver des alternatives moins polluantes ;
  • Réaliser des économies (grâce au point précédent) ;
  • Améliorer son image de marque auprès des consommateurs.

 

Les différentes méthodes de calcul

 

Il existe différentes méthodes de calcul. Elles sont assez complexes et nécessitent généralement de faire appel à un prestataire expert. On pourra citer, parmi les méthodes les plus connues :

 

  • Les méthodes de calcul ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) pour les GES. Il en existe 4 : méthode réglementaire (imposée aux entreprises de plus de 500 salariés), ISO 14064-1 (une norme internationale destinée aux organisations), Bilan Carbone® (méthode propre à l’ADEME) et GHG Protocol (normalisée aux USA, elle a servi de base pour l’ISO 14064-1).
    Chacune de ces méthodes utilise ses propres procédés et inclut ou exclut certains types de GES. Retenez simplement qu’en France, c’est la méthode réglementaire qui doit être utilisée par les entreprises.
  • La méthode AFNOR : il s'agit d'une certification. Les entreprises doivent en faire la demande. Elle prend la forme d'un logo apposé sur les produits ou services. Celui-ci indique leur note verte (A, B, C, D ou E) qui est calculée sur l’ensemble du cycle de vie, en fonction d'un référentiel validé.

 

Les étapes à prendre en compte pour le calcul de l'empreinte écologique

 

Les impacts dans la fabrication de l'emballage

 

L'emballage présente plusieurs enjeux en termes de préservation de l'environnement. Cela concerne tout d'abord le choix des matières premières utilisées pour sa conception, mais aussi son poids.

Pour réduire votre impact carbone, vous pouvez adopter une démarche d’éco-conception au moment de concevoir vos packagings : il s’agira alors de choisir des matières premières renouvelables, issues de filières vertes et extraites dans des conditions qui ont un impact limité sur l’environnement. Par exemple, le carton représente une solution intéressante, puisqu’il s’agit d’une matière renouvelable, biodégradable et recyclable. 

 

Les impacts dans le processus de fabrication

 

Il s'agit là d'un des plus gros postes en termes d'émissions de carbone. Cette partie implique toutes les étapes nécessaires à la fabrication du produit ou emballage, des matières premières jusqu'à sa sortie du lieu de production.

Là encore, vous avez de nombreuses pistes à envisager : améliorer les performances énergétiques des sites, utiliser des outils et technologies moins énergivores, choisir des énergies moins polluantes (solaire, photovoltaïque…), sensibiliser les salariés aux bonnes pratiques, etc. 

 

Les impacts dans la distribution de produits

 

Une fois emballés, les produits sont transportés, stockés et distribués. Il faut donc prendre en compte les émissions liées aux transports : poids du vide, packagings lourds ou suremballage sont autant d'éléments qui augmentent l'empreinte écologique d'une entreprise.

Il faut également prendre en compte les émissions liées au stockage, notamment les énergies nécessaires à leur préservation, comme l'électricité pour garder les produits à la bonne température. 

 

Là encore, vous disposez de nombreuses pistes pour réduire votre empreinte écologique : par exemple, repenser les packagings pour qu’ils soient mieux adaptés aux produits.

Avec une surface et un poids réduits, les packagings ont un impact moindre sur l’environnement, d’autant plus que cela contribue également à réduire la quantité de déchets produite. Il est fréquent de penser au recyclage comme à la solution écologique idéale, et c’est en effet une démarche à encourager. 

 

Mais les processus impliqués nécessitent eux aussi l’utilisation de nombreuses ressources : celles-ci pourraient être économisées s’il y avait moins de déchets à traiter.

Ajoutons également que les consommateurs sont eux-mêmes de plus en plus demandeurs de packagings allégés : ils sont encombrants, souvent remplis de cales pour compenser le vide, il faut ensuite trier et jeter… Autant d’inconvénients qui pourraient être limités avec des packagings sur-mesure et éco-conçus.

 

Les impacts dans la fin de vie des emballages

 

La fin de vie des emballages représente un autre poste de pollution important : selon qu'ils soient recyclables, réutilisables, biodégradables, ou non, leur empreinte écologique n'est pas la même. Il faut également prendre en compte les informations fournies aux consommateurs : plus les consignes de tri sont claires, plus il y a de chances qu'elles soient suivies. 

 

Si le tri est entré dans les habitudes des consommateurs, il n’en demeure pas moins que cette démarche peut s’avérer plus complexe qu’elle ne le semble. Par exemple, le carton doit être recyclé, comme chacun sait, mais qu’en est-il lorsque celui-ci contient également du plastique ou des encres nocives pour l’environnement ?

Ou si de la nourriture est collée dessus ? Si les industriels ont la réponse à ces questions, les consommateurs s’y perdent bien souvent et sont susceptibles de se tromper. Vous pouvez faciliter le recyclage en émettant simplement des consignes claires directement sur les emballages.

 

Les e-commerçants ont plusieurs solutions pour réduire leur empreinte écologique. À chaque étape de la chaîne, vous pouvez prendre des décisions qui auront un impact moins négatif sur l'environnement : opter pour des matières recyclables, diminuer la taille des emballages pour réduire les déchets, limiter le poids du vide, informer les consommateurs, choisir des énergies vertes... Les possibilités sont nombreuses.

Prenez connaissance de notre étude sur l'économie de l'espace du vide

DS Smith Team

Écrit par DS Smith Team